Quelles sont les étapes clés de la Loi sur la «sécurité globale» examinées à l’Assemblée législative?

Au départ, il ne s’agissait que d’une traduction législative d’une déclaration parlementaire « Continuité de la sécurité » Il vise à mettre en évidence le travail entre les trois principales agences: la police et le gendermary (environ 250 000 personnes), la police municipale (33 000 fonctionnaires) et le service de sécurité privée (175 000 agents). Mais, mardi 17 novembre, les délégués commencent à expérimenter un texte très différent.

Projet de loi “Sécurité globale”, Soutenu par le parti majoritaire La Repubblica n Marche (LRM) et son allié Akir, dissimule en fait un certain nombre de mesures de sécurité, dont beaucoup sont discutées, notamment la surveillance de la diffusion d’images de policiers et de gendarmes.

Les délégués aborderont le discours avec deux thèmes plutôt consensuels, mais ils n’échapperont pas aux bandits de l’opposition: les nouveaux droits de la police municipale et la structure du secteur de la sécurité privée.

Lisez également le rapport: Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU est préoccupé par le contenu du projet de loi «Sécurité mondiale»

La dernière partie du projet de loi serait sans aucun doute trop dangereuse pour que le ministère de l’Intérieur examine les dispositions en cours pour tenir le stylo dans le but d’apaiser les syndicats de policiers. L’ambition du ministre de l’Intérieur Gerald Durman de coparrainer le discours avec Jean-Michel Fawker et Alice Thourd “Protégez ceux qui nous protègent”, Dans “Récupérer la terre”.

Le contexte est marqué par une méfiance croissante à l’égard de la police, notamment dans le cadre du mouvement des «sous-vêtements jaunes», mais condamne les violences policières.

Le projet de loi offre l’occasion d’élargir l’intervention des forces de police municipales par plus d’une vingtaine d’agents dans le cadre de la probation de trois ans.

Ces agents peuvent participer à la protection d’événements sportifs, de divertissement ou culturels. Ils peuvent également trouver des infractions telles que la consommation d’alcool en public, la vente de rue, la conduite sans permis ni assurance, mais aussi des halls, des étiquettes ou des accaparements illégaux de terres. Communautaire. En revanche, ils ne pouvaient pas s’immiscer dans les rodéos urbains.

READ  Finales ATP - Rafael Nadal bat Stefanos Tsitsipas pour revenir en Masters Half

Ces agents peuvent secouer un véhicule et punir. La mobilisation de la police municipale au niveau intercommunal est encouragée.

Lisez également le résumé: Tests d’identité, le totem controversé de la compagnie de police

Ce ne sont pas de nouvelles règles “Grande nuit de la police municipale”, A argumenté Jean-Michel Fawker. Le projet de loi ne contient pas certaines des recommandations, notamment la création d’un armement obligatoire d’agents de police municipaux ou d’une école nationale de police municipale.

Le texte devrait également mettre en œuvre la promesse de campagne faite par la maire de la capitale, Anne Hidalgo (PS): Une police municipale a été formée à Paris.

  • Concernant la sécurité privée

Avec l’organisation de la Coupe du monde de rugby en 2023 puis des JO de Paris en 2024, la montée en puissance du secteur de la sécurité privée est prévue. Externalisation, “Le vrai fléau de l’industrie”, Selon Alice Thoroughbred, sera mieux surveillé. L’emploi d’agents de police dans ce secteur sera encouragé, en permettant de combiner emploi et retraite.

La portée et la fonction des missions des agents peuvent être élargies: elles peuvent être associées à des opérations de sécurité dégradées. Ce texte les habilite à localiser des drones et à mener des opérations de surveillance contre les actes terroristes sur la voie publique, à titre exceptionnel et avec l’approbation du Président.

170 000 agents de sécurité privés seront sévèrement punis par le glissement. Ce sont des agresseurs, des auteurs de violences physiques ou de menaces.

  • Caméras pour piétons, drones, armes de service et amendes pénales

Le projet de loi modifie le cadre juridique de la “sécurité mondiale” Les caméras mobiles sont équipées de la police et de la gentrification, Avec le nouveau but de justifier l’enregistrement et son exploitation: “Informer le public des circonstances de l’intervention.” De plus, le texte vous permet également d’envoyer des images à la salle de commande en temps réel. Les agents qui effectuent l’enregistrement peuvent accéder aux images dans le cadre d’une procédure judiciaire (déclaration officielle) ou d’intervention, par exemple sur la personne en fuite.

READ  La rivalité entre les six pays se termine dans un environnement difficile

Utilisation de drones lors de démonstrations, S’il y a des peurs “Graves troubles à l’ordre public”, Mais aussi pour prévenir les atteintes à la sécurité des personnes et des objets dans les zones à risque d’attaques, de vols ou d’armes, de trafic d’êtres humains ou de surveillance de «rodéos». , Mentionné. Le public sera informé de la mise en œuvre de ces «Dispositifs de capture aérienne».

Les policiers et les hommes et femmes peuvent accéder aux entreprises ouvertes au public avec leur arme de service. En outre, les règles d’utilisation des armes par les troupes stationnées sur le territoire national dans le cadre de l’opération Sentinel seront assouplies: elles peuvent, comme la police, prendre fin. “Études criminelles”.

Le bénéfice de la réduction de peine est révoqué pour les personnes reconnues coupables à la suite de certaines infractions commises contre certains agents, vétérans, policiers et gendermary et pompiers. L’achat, la possession, l’utilisation et la vente d’articles pyrotechniques autres que des experts seront sanctionnés.

  • L’utilisation d’images “malveillantes” de la police a été condamnée à une amende

L’article 24 du texte est très controversé. Ce dernier a pour but de sanctionner l’usage “Mal intentionné” Photos de la police. Selon l’article 24, la propagation “Visage ou tout autre organe d’identification” Un policier ou un sexe dans l’intervention lorsque le but de l’intervention est présent «Attaque contre son intégrité physique ou mentale», Pourrait encourir jusqu’à un an de prison et une amende de 45 000 personnes. Cette mesure n’empêche pas l’envoi d’images aux autorités administratives et judiciaires.

Monsieur. Fawker soutient que cette décision vise à empêcher “Câbles” Contre la police sur les réseaux sociaux, et “N’impose pas de flou”. Cette restriction ne s’applique pas à un numéro d’enregistrement appelé «RIO» – qui doit être porté par un policier ou par sexe lors d’une intervention.

Mais le ministre de l’Intérieur Gerald Durman vendredi, lors d’un débat au parlement, a appelé à un arrangement plus dur:

“Si vous voulez diffuser de façon sauvage sur Internet, désolé de le dire ainsi, il faut brouiller les visages des policiers et des gendarmes.”

Cependant, l’agence de transaction a déclaré à France-Press (AFP) que le gouvernement ne modifierait pas l’article.

READ  "L'avenir de la démocratie américaine doit être assoupli pour les deux parties."

Un article controversé qui “porte gravement atteinte” aux droits de la presse

L’amendement de la loi de 1881 sur la liberté de la presse, qui prévoyait un projet de loi de “protection globale” visant à restreindre la diffusion d’images policières sur le terrain, a provoqué un tollé. Représentants des médias et défenseurs des libertés publiques “Un grave défaut” Droit des médias.

Ce “Le nouveau crime vise à restreindre proportionnellement les droits des journalistes et la liberté de la presse par rapport à la réalité de la menace.”, Condamner les principaux syndicats de journalistes, la Fédération des journalistes internationaux et européens et la Ligue des droits de l’homme (LTH). L’un d’eux “Réponse de la liste des clients du ministère de l’Intérieur à la plupart des syndicats de police”, Suppose que le texte «Il vise également à empêcher l’émergence de cas de violence policière illégale, souvent dissimulés dans les rangs des officiers en question».

Lisez également l’éditorial: Filmer des policiers est un droit démocratique

Dans une tribune Libération, L’Association des réalisateurs de films (SRF) et des personnalités du cinéma ont également refusé d’adopter le projet de loi. « Censure transparente “. Pour sa part, Défenseur des droits noté Cette action s’est produite «Risques importants» Pour les droits fondamentaux.

Cette crainte est partagée par de nombreux élus, tels que les représentants modernes qui souhaitent supprimer cet article. Le député de Bouch-du-Ron, La Repubblica n Marche (LRM), Chad Ahmada, a annoncé son intention de ne pas voter pour le dispositif. “Contre-production en libérant un faux soupçon de toute intervention policière”. A gauche, Daniel Obono, La Fran ois Inzuimis (LFI), député de Paris, condamne le danger“Auto vérification” ; Herv வ் Saulinak, élu socialiste d’Artech, le considère pour sa part “Il y a des lignes rouges qui ne se croisent pas”.

Lisez également les réactions: “Un outil qui permet aux policiers de couvrir leur calvitie”

Monde avec l’AFP

Written By
More from Arzu

France: Suivez le concours en direct!

Portugal – France. Score en direct et buts, résultats, résumé … Au...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *