Le premier cas en France a été trouvé sur le parcours chaud

Le premier cas de grippe aviaire a été diagnostiqué en France, ce qui a conduit à la mise en place de mesures de sécurité dans toute la métropole pour contrôler la propagation du virus, qui n’est pas nocif pour l’homme, mais pourrait être catastrophique pour l’économie.

“Nous l’avons appris tôt dans l’après-midi.”, A déclaré le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation Julian Denormondi lors d’un entretien télévisé avec le Sénat-LCP-Le Figaro lundi soir. Le cas en question a été identifié sur le parcours chaud, au centre animalier d’un centre de plantation près de Bastia. “Suite à l’observation de décès anormaux dans les élevages avicoles”, Son ministère a déclaré dans un communiqué. Cela a conduit à la découverte “La grâce d’une ferme d’environ 200 à 300 poulets” Sur le site, a déclaré Julian Tenormandi.

Aussi, Ministre «Avec l’ensemble des services du ministère et du Laboratoire national de référence, il a décidé de mettre en péril l’ensemble du paysage national métropolitain à partir du 17 novembre 2020»., Fait référence au communiqué de presse. Changement pour le risque “Étudiant” – Il a déjà été décidé début novembre pour 46 départements – en insistant notamment sur l’introduction de mesures de sécurité renforcées, notamment l’imposition de prisons ou de filets sur tous les élevages commerciaux de volailles pour éviter tout contact avec les oiseaux sauvages. Cour arrière. Les rencontres de poulets vivants sont également interdites, notamment sur les marchés, comme le lâcher de gibier à plumes par les braconniers.

“Regardez vos poules”

Dans ce contexte, “Des mesures spécifiques de surveillance et de contrôle des mouvements entourant l’explosion de la couche chaude ont été immédiatement mises en place pour éviter la propagation immédiate. Des mesures de sécurité sont également prises à l’encontre des fournisseurs et acheteurs affiliés à la maison corse.”, S’il est inclus dans le communiqué de presse. “Regardez vos poules”, Lancé en direction des éleveurs Julian Denormandi. Le ministre n’a pas exclu la possibilité que d’autres cas puissent être détectés en France, où le virus est propagé par des oiseaux migrateurs. “Notre objectif est de contrôler cette propagation, qui peut être évitée une fois toutes ces mesures prises.”, il a dit. Il a déclaré que les services français se préparaient ces derniers mois à diagnostiquer le sol national affecté par la grippe aviaire.

READ  A la demande d'Emmanuel Macron, le CFCM formera un groupe d'imams

La maladie est déjà apparue dans des pays comme la Russie, le Kazakhstan, les Pays-Bas, l’Irlande ou la Grande-Bretagne. Ces derniers jours, il y a eu des cas d’abattage de 25 000 poulets au Danemark, ainsi qu’en Belgique. “La consommation de viande, de foie gras et d’œufs – et de tout aliment en général – ne présente aucun danger pour l’homme”, Assure le ministère. Le retour du virus à la frontière nationale aura essentiellement des conséquences économiques majeures pour le secteur, ce qui se traduit par la fermeture des débouchés d’exportation. Les éleveurs de canards du sud-ouest ont été touchés à deux reprises par des épidémies de grippe aviaire à l’hiver 2015/16 et 2016/17, qui ont provoqué des coupes massives pour éradiquer la maladie et coûté des centaines de millions de dollars. Euros pour les producteurs.

Written By
More from Arzu

À son tour, le Royaume-Uni impose à nouveau des amendes

Le 20 octobre dans le centre de Manchester, en Angleterre. John Super...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *